1966


La gamme Simca 1000 est remaniée en octobre 1965, la 900 de base se nomme désormais 1000 L, mais on note surtout l'apparition de la 1000 GLS, version qui se situe en haut de la gamme 1000, reléguant la 1000 GL au poste de milieu de gamme. Elle s'en distingue par un logo GLS à gauche de la calandre, une baguette d'enjolivement en aluminium sur le capot (enfin, le coffre, le moteur étant derrière ne l'oublions pas ...), une montre de tableau de bord, et la possibilité d'obtenir une sellerie en naugahyde (skaï américain blanc de très bonne facture), mais elle reste équipée du même moteur que la GL : le 944 cm3 de 52 ch.

Fin septembre 1965, Simca décline les berlines 1300/1500 en quatre finitions : L, LS, GL et GLS. De plus la 1300 adopte des freins à disques à l'avant, se qui la rapproche encore un peu plus de la 1500, malgré le fait quelle ne dispose que du vieux moteur 312 T délivrant 62 ch, issu du Rush Super déjà en service sur les P60 Montlhéry depuis 1961 et presque aucunement retravaillé depuis ... La 1300 est maintenant déclinée en version break, disponible en finition LS, LS familial et GLS. Notons aussi qu'en finition GLS la 1300 adopte le pare-chocs arrière, la baguette de coffre et la calandre de la 1500, il est donc impossible de différencier une 1300 GLS d'une 1500 GLS sans soulever le capot, idem pour la finition GL. En définitive, la gamme s'uniformise de la façon suivante : 1300/1500 L et LS => carrosserie de 1300, 1300/1500 GL et GLS => carrosserie de 1500. De plus la berline 1500 adopte un niveau de finition incluant une boite automatique nommé GLA. Le break 1500, quant à lui voit son niveau de finition GL supprimé, sa finition de base sans dénomination particulière devient la LS (la version break familial devenant LS familial). Comme le reste de la gamme il gagne la nouvelle finition GLS et, tout comme la berline 1500, il adopte lui aussi, le niveau de finition GLA à boîte automatique.