1945/1949


A la fin du conflit, l'usine de Nanterre n'est, heureusement, pas détruite, la production de la Simca 5 ne sera même pas stoppée, mais celle de la Simca 8 sera quand à elle suspendue de 1945 à 1947. La preuve est qu'en 1946 Simca produira 8 000 voitures. En 1947 Simca présente la Simca 6, voiture issue de la Simca 5 avec un moteur de 570 cm3 et 16 ch, elle ne consomme environ que 5 litres aux 100 km, son handicap est de ne proposer que deux places; sa production s'arrêtera en 1950.

En 1949, après la fin des tickets de rationnements d'essence Simca sort la Simca 8 1200 (l'ancien modèle s'appelant désormais 8 1100), cette voiture est équipée d'un moteur de 1 221 cm3 délivrant 40 ch et capable de 120 km/h contre 32 ch et 110 km/h pour le moteur 1100 (1 090 cm3). Le moteur 1221 cm3 est le premier moteur différent d'un moteur Fiat monté sur une Simca, même si celui-ci découle du moteur 1100, d'origine Fiat. Esthétiquement on reconnait une Simca 8 1200 d'une 1100 au premier coup d'oeil, grâce à sa calandre bombée.

Amédée Gordini en reprendra encore les bases pour faire ses machines de compétition, poussant la cylindrée jusqu'à 1 440 cm3 voir même 1 490 cm3 sur certains de ses modèles engagés en Formule 1. En 1949, ces machines remporteront les grands prix d'Angoulême et de Marseille, au grand prix de l'ACF l'une d'elles finira 3ème avec Scaron à son volant ; elles seront aussi pilotées par Maurice Trintignant.